Les Nouveaux Cinéphiles

Du court au long, coups de coeur et découvertes cinéma


Interview / Gérard Jugnot et Eric Civanyan

Publié par tronche de cinoche sur 7 Mai 2005, 22:00pm

Catégories : #Portraits et interviews de cinéastes

  


Rencontre avec Gérard Jugnot, qu'on ne présente plus, et Eric Civanyan, metteur en scène de théatre et réalisateur d'
Il ne faut jurer de rien



Pourquoi avoir réalisé cette histoire adaptée de Musset?
E.C. Moi ce que j'aime quand je vais au cinéma c'est voyager. Quand ça se passe dans un trois-pièces-cuisine, je suis un tout petit peu moins fan, mais quand on me fait voyager d'une façon ou d'une autre, j'adore. Et là vraiment j'ai voulu faire voyager, et dans le temps et dans l'histoire.


Comment s'est fait le choix des comédiens?
E.C. Ca me faisait plaisir de donner un rôle dans lequel Gérard Jugnot a à nouveau une vraie part de comédie. Pour Jean Dujardin, ça nous est venu après; j'avais envie d'avoir quelqu'un qui soit l'archétype d'un mec et qui soit mis en danger par une jeune femme. Je trouve ça formidable d'avoir quelqu'un qui soit un peu la séduction incarnée, mais qui va avoir beaucoup de mal à séduire dans le film. C'est peut être une petite vengeance de ma part! Je n'ai pas le physique de Jean Dujardin.


Gérard Jugnot, vous avez joué pour la première fois avec Jean Dujardin. Quelles ont été vos impressions?
G. J. Le temps passe donc je suis obligé de jouer avec des plus jeunes que moi! Ils sont ous morts les autres! Il y a chez Jean cette sympathie, cette simplicité qui ressemble un petit peu, s'il ne merde pas, à Bébel, Belmondo. Ce charme, cette drolerie, cette légèreté. Il adore jouer.


Vous retournez à un genre que vous connaissez bien, la comédie... mais en costume cette fois-ci...
G.J. J'adore changer de registre. J'ai passé l'age de faire des plans de carrière. J'ai envie de m'amuser; j'ai envie d'aller vers des choses qui me font plaisir. J'ai rencontré Eric Civanyan au théatre. Quand il m'a présenté son aventure qui n'était pas gagnée sur le terrain -faire un film en costume, ça coute cher!; il faut des carrosses, des décors-, c'était un plaisir. Là je reviens vers quelque chose de beaucoup plus truculent. J'aime le côté avare du personnage, mais il a derrière quelque chose, une félure.

C'est un plaisir pour vous de jouer en costume?
G.J. Le costume pour un acteur, c'est formidable. Ca vous aide à jouer, ça donne des postures.


*propos recueillis au cinéma UGC Saint Jean de Nancy, le 5 septembre 2005
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents