Les Nouveaux Cinéphiles

Du court au long, coups de coeur et découvertes cinéma


Ma vie en films / août 2005

Publié par tronche de cinoche sur 2 Avril 2005, 22:00pm

Catégories : #Ma filmothèque perso

Dans cette rubrique, vous trouverez tous les films que j'ai vu au ciné et à la télé en août  2005. Certains feront l'objet de chroniques (à lire dans la rubrique Chronique de films) . Si vous souhaitez parler d'un film que vous avez vu dernièrement, vous avez carte blanche!

Dernière mise à jour:  30 août 2005

 

 

au ciné

 

Les Poupées russes, Cédric Klapisch, France, 2005

lire chronique

  

Charlie et la chocolaterie, de Tim Burton, Etats-Unis, 2005

lire chronique

  

  

    

 

 

 à la télé, en vidéo et en DVD

       
 
Cousin, cousine, Jean-Charles Tachella, France, 1975


Un Américain à Paris, , Etats-Unis,


Eaux profondes, Michel Deville, France, 1981
style:
le feu et la glace

Un film intriguant et intelligent. Le spectateur est facilement dérouté par une intrigue où l'on ne sait jamais qui sont les bons, qui sont les méchants. Le mariage du feu et de la glace dans une intrigue bien emmenée. Un travail intelligent également sur les symboles véhiculés par le film. Bonnes prestations de Jean-Louis Trintignant et Isabelle Huppert.


Dites-lui que je l'aime
, Claude Miller, France, 19

 

Sugarland Express, Steven Spielberg, Etats-Unis, 1974
  
  
Génération rebelle (Dazed and confused)
, Richard Linklater, Etats-Unis, 1993

style: american graffiti 70

18 h de la vie de jeunes américains, fraichement sortis du lycée. Au programme, alccol, drogue et sexe. Histire sans surprise, mais le film est bien fait et réaliste. A voir également pour Ben Affleck, Matthew Mc Conaughey et Milla Jovovich à leurs débuts.
  

Cravate Club, Frédéric Jardin, France, 2002

   
Midnight Express
, Alan Parker, Etats-Unis, 1978
style:
aux enfants de la chance

Un Américain en vacances avec sa copine à Istanbul se fait arrêter juste avant de reprendre l'avion pour rentrer aux Etats-Unis. Il portait sur lui 2 kilos de hash qui auraient pu lui rapporter de l'argent, mais qui vont finalement lui couter très cher! Il est envoyé dans une prison sordide, où les sévices corporels font partie du quotidien. Une vie en enfer commence pour lui, en attendant son jugement.

Un film célèbre pour sa musique (Alan Parker se spécialisera peu après dans les films musicaux; parmi eux, l'excellent The Commitments). Célèbre aussi pour l'histoire très dure que le film raconte (adapté d'un véritable fait divers). Le film est sobre, très dur, mais beau.
A noter que l'excellent Brad Davies, qui joue le personnage principal de ce film, remarqué également dans Les Chariots de feu, est décédé en 1991 des suites du SIDA. Il l'aurait attrappé en se piquant à l'époque où il tournait Midnight Express...

   
Oublie-moi, Noémie Lvovski, France, 1994
style:
folie dépressive

Beaucoup moins bien que Les Sentiments, mais le film vaut le coup d'oeil. Ne serait ce que pour les performances de Valeria Bruni-Tedeschi, Emmanuelle Devos et Philippe Torreton. L'histoire est assez déprimante: une femme devient folle, atteinte par la maladie d'amour! Elle s'accroche à ceux qui la rejetent, donc forcément c'est dur à vivre!

   
Surprise-party, Roger Vadim, France, 1982

style: la boum

Les années 50 en France et les premiers émois de jeunes fraichement diplomés. Un thème vu et revu, mais c'est amusant de voir ce film qui a pris un petit coup de vieux et de découvrir les premiers pas de certains acteurs (Philippine Leroy-Beaulieu, Christian Vadim, Caroline Cellier). Moins superficiel que le titre n'en donne l'impression. C'est léger et amusant en tout cas.

 

Loin du Paradis, Todd Haynes, Etats-Unis, 2003

style: quand l'American Way of Life n'est plus qu'un mythe

Dans l'Amérique des années 50, la vie lisse et paisible d'une mère au foyer bourgeoise tourne court. Elle découvre que son mari n'est pas vraiment celui qu'elle croyait qu'il était...

Un beau film, à la photographie superbe. Les couleurs automnales sont sublimes. Et l'atmosphère des années 50 est joliment restituée. Le film traite subtilement de thèmes tabous dans l'Amérique des années 50. Une réflexion sur les préjugés et l'indifférence pour la différence.

 

La Parenthèse enchantée, Michel Spinosa, France, 2000

style: le guide du soixante-huitard

Une bonne comédie française, avec un casting qui montre que la relève est assurée. Karin Viard, Clotilde Courau, Roschdy Zem, Vincent Elbaz et Géraldine Pailhas vivent la révolution sexuelle dans cette comédie douce-amère rafraichissante. L'histoire de plusieurs couples qui se font, se défont ou ne se fondent jamais pour cause de clivages socio-politiques.


   

 

   Pour accéder à la liste exhaustive des films que j'ai vu

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents