Les Nouveaux Cinéphiles

Du court au long, coups de coeur et découvertes cinéma


Ma vie en films / juillet 2005

Publié par tronche de cinoche sur 1 Avril 2005, 22:00pm

Catégories : #Ma filmothèque perso

Dans cette rubrique, vous trouverez tous les films que j'ai vu au ciné et à la télé en juillet 2005. Certains feront l'objet de chroniques (à lire dans la rubrique Chronique de films) . Si vous souhaitez parler d'un film que vous avez vu dernièrement, vous avez carte blanche!

 

Dernière mise à jour: le 9 juillet 2005

 

au ciné

 

La Guerre des Mondes, Steven Spielberg, Etats-Unis, 2005

lire chronique

 

 

 

à la télé, en vidéo et en DVD

 

Supersize me, Morgan Spurlock, Etats-Unis, 2004

style: big

Supersize me a fait grand bruit au moment de sa sortie. Enfin quelqu'un osait s'en prendre au géant du fast food. C'est un doc dans la même veine que ceux de Michael Moore: drôle, incisif, punchy. A voir pour ne plus jamais avoir envie de manger chez le restau à l'arche dorée!

Le Lauréat (The Graduate), Mike Nichols, Etats-Unis,

style: kinky business

Sur la musique de Simon & Garfunkel, le jouvanceau Dustin Hoffman rentre dans le monde des adultes. Une comédie charmante et assez osée pour l'époque. A voir.

phrase culte: You are trying to seduce me, Mrs Robinson. I am not trying to seduce you!
  

Embrassez qui vous voudrez, Michel Blanc, France, 2001

style: kinky business

Un super casting, des dialogues ciselés et des histoires subtilement entremélées font d'Embrassez qui vous voudrez une bonne comédie, rythmée, amusante. Un bon moment de détente.  

Vol au-dessus d'un nid de coucou, Milos Forman, Etats-Unis,

style: doux dingue

Jack Nicholson est impressionnant dans ce rôle de doux-dingue. Il est grandiose, pas d'autres termes ne me viennent. L'histoire d'un gars un peu dingo, mais pas fou qui se retrouve dans un asile psychiatrique. Il va transformer l'expérience en jeu: il va rendre fou les gens de l'asile, les internés comme le personnel! Milos Forman réussit le pari de rendre drôle une histoire qui se passe dans un des lieux les plus sordides qui soit!
  

L'Ours et la poupée, Michel Deville, France, 1970

style: dominant-dominé

Forcément ça a un peu vieilli, mais quel régal! C'est une comédie avec une Brigitte Bardot et un Jean-Pierre Cassel jeunes et en pleine forme. La caméra virevolte avec les acteurs, l'utilisation de la musique est brillante (La Pie voleuse de Rossini). L'histoire est assez banale -la rencontre de 2 personnes très différentes- mais devient intéressante et originale quand on découvre que chacun des personnages  joue au jeu de la séduction sans se l'avouer. Un de mes classiques!


Ma Vie en rose, Alain Berliner, France, 1997

style: I have a boyfriend who looks like a girlfriend...

L'histoire pas rose d'un petit garçon qui voit la vie en poupées. En gros, il se prend pour une fille, au grand désarroi de ses parents et à la stupéfaction de tout son entourage, à commencer par ses voisins. L'histoire a le mérite d'être originale et assez audacieuse. C'est très bien fait, en tout cas: il y a des bons moments de comédie (grâce à Michèle Laroque notament), mais aussi des moments graves, mais toujours subtilement traités.

 

Nos plus belles Années (The Way we were), Sydney Pollack, Etats-Unis, 1974

style: chabada chabada

A l'époque du Maccarthysme aux Etats-Unis, l'histoire d'amour mouvementée d'un homme et d'une femme aux opinons et aux caractères très différents.

J'ai vu ce film en VF donc je ne l'ai pas autant apprécié, je pense, que je n'aurais du, en particulier à cause du doublage un peu vieillot. Mais c'est un bon divertissement.

 

La première Folie des Monty Python (And now for something completely different), Ian McNaughton, Terry Gilliam, Grande-Bretagne, 1971

style: And now for something completly different

Inutile de présenter les Monty Python. Ceci est leur premier film, aussi appelé Pataquesse, qui est en fait une succession de sketchs. Très drôle.

 

Un Eté en Louisiane, Robert Mulligan, Etats-Unis, 1991

style: été d'ivresse

Premier film dans lequel apparait Reese Witherspoon. L'histoire est sans surprise (les premiers émois d'une ado dans l'Amérique des années 50), mais c'est frais et l'ambiance 50s est toujours sympa. Un petit film simple, comme il fait bon regarder à la fin d'une belle soirée d'été, en sirotant un petit verre!


           
 
 

    Pour accéder à la liste exhaustive des films que j'ai vu

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tronche de cinoche 20/07/2005 22:59

Je n'ai pas vu Un été 42, mais j'ai lu que c'est apparemment le film le plus connu de Mulligan, qui est à vrai dire pas du tout celebre de nom en France. Je me demande meme si Un été en Louisiane est sorti en salle (si quelqu'un a la réponse, ça m'intéresse!). En tout cas, Un été en Louisiane est un film tres touchant et ça me donne envie d'en voir d'autres du réalisateur.

Bernie Osterman 20/07/2005 18:41

Un été en Louisiane de Mulligan est tout de même largement en-dessous de Un été 42 du même Mulligan, réalisé en 1970, musique signée Michel Legrand.

Archives

Articles récents