Les Nouveaux Cinéphiles

Du court au long, coups de coeur et découvertes cinéma


Les Films du dimanche soir : la plateforme e-Cinéma qui déniche les pépites de festivals

Publié par Les Nouveaux Cinéphiles sur 10 Janvier 2016, 17:41pm

Catégories : #News

Les Films du dimanche soir : la plateforme e-Cinéma qui déniche les pépites de festivals

Coup de projecteur aujourd'hui sur une très belle initiative que nous sommes ravis de pouvoir vous faire découvrir : une plateforme e-Cinéma dédiée à des pépites repérées en festivals, et inédites en salles en France. Le site baptisé Les Films du dimanche soir proposera une sélection triée sur le volet, avec une nouveauté tous les 15 jours.

Aymeric de Heurtaumont nous a accordé un entretien pour nous en dire un peu plus sur ce site qui devrait être lancé le mois prochain.

Quand et pourquoi vous est venue l'idée de la création du Film du dimanche soir ?

De 2011 à 2013, j'ai coécrit, auto-produit et distribué EN PAYS CANNIBALE, le premier long métrage d'Alexandre Villeret. En 2012, ce film a été sélectionné au Festival du Film Grolandais de Toulouse où il a été très bien accueilli.

Pour autant, ça ne nous a pas garanti de diffusion en salle. Au contraire, c'est même parce que nous n'avons pas pu ou peu placé ce film dans les réseaux traditionnels, que s'est imposé la nécessité de le distribuer nous mêmes. Salle par salle, ville par ville. Un vrai calvaire, quand j'y repense, mais bon, le film est sorti et sur un total de 5 ou 6 salles, environ 2600 personne sont allées le voir, ce qui n'est pas si mal en terme de ratio.

Même si EN PAYS CANNIBALE ne constitue pas un exemple probant du fait de sa non sélection à d'autres festivals, j'ai tout de même remarqué que beaucoup de longs métrages, étrangers pour la plupart, étaient largement suivis dans des festivals en France tels que 3 continents, Aubagne, Arras, Deauville, Cabourg, Tours, Toulouse. Mais, pour de multiples raisons, une large majorité de ces films n'est jamais relayée dans le circuit salle. Ainsi, une fois sortis des Festivals, ces pépites n'existent plus.

"Notre plateforme E-Cinéma n'est pas concurrente du cinéma de quartier, mais bien une possibilité complémentaire de voir des films qui ne demandent qu'à exister.

La création de notre plateforme E-Cinéma "LES FILMS DU DIMANCHE SOIR", tente donc de répondre au paradoxe que constitue d'une part, la multiple participation de films à des festivals et, d'autre part, à leur absence totale dans le réseau salle en France.

Le choix de la diffusion digitale de notre programmation nous permet également de dépasser les limites géographiques que constitue une diffusion en salle. Nous portons le film directement chez le spectateur, ce qui par ailleurs, ne l'empêche nullement de continuer à fréquenter sa salle de quartier pour découvrir d'autres films. Notre plateforme E-Cinéma n'est donc pas concurrente du cinéma de quartier, mais bien une possibilité complémentaire de voir des films qui ne demandent qu'à exister. J'envisage même que cette complémentarité avec les salles Art et Essai s'illustre par un tour de France de visionnage collectif que nous pourrions organiser avec elles. Chaque quinzaine, une nouvelle ville, un nouveau film.

Pourquoi ce nom ?

LES FILMS DU DIMANCHE SOIR renoue avec les programmes de Cinéma de mon enfance que nous proposaient les principales chaînes de Télévision. "Le cinéma du dimanche soir" ou "La dernière séance" étant ceux qui me remontent en mémoire.

Dans cet esprit, LES FILMS DU DIMANCHE SOIR n'est ni une marque, ni un logo. C'est un rendez-vous familial et convivial que nous fixons avec nos spectateurs le dimanche soir, lorsqu'ils sont confortablement installés dans le moelleux de leur canapé. Bien évidemment, la "sélection de la quinzaine" reste visible les autres jours de la semaine, mais c'est bien le dimanche soir que s'effectue la rotation des films.

Qu'est ce que la "sélection de la quinzaine" ?

La "Sélection de la quinzaine" signifie que cette rotation de film se fait tous les 15 jours car j'ai suffisamment râlé contre les salles qui, rentabilité au siège oblige, ne laissent aucune chance aux films de s'installer durablement. 15 jours, c'est le temps minimum, pour voir, discuter et partager une œuvre cinématographique.

"S'agissant de films rares et inédits, puisque non distribués en salle, je ne voulais pas qu'ils se perdent dans une offre pléthorique au milieu de laquelle vous vous échineriez à choisir le film qui correspond à votre humeur du moment. le choix de n'en diffuser qu'un seul à la fois pendant 15 jours est donc assumé."

S'agissant de films rares et inédits, puisque non distribués en salle, je ne voulais pas qu'ils se perdent dans une offre pléthorique au milieu de laquelle vous vous échineriez à choisir le film qui correspond à votre humeur du moment. le choix de n'en diffuser qu'un seul à la fois pendant 15 jours est donc assumé. Il suffit juste d'imaginer LES FILMS DU DIMANCHE comme une salle de quartier qui n'aurait qu'un seul écran et non comme une plateforme VOD classique et si, par un fâcheux hasard, votre humeur du dimanche soir ne colle pas, ne paniquez pas, il vous reste 14 jours pour le visionner.

Quelques mots sur votre parcours : est-ce votre premier projet / initiative dans le domaine du cinéma ?

Je suis arrivé au cinéma par l'écriture. Court, séries et longs, EN PAYS CANNIBALE ayant été le point d'orgue de cette carrière. Les contraintes que nous avons rencontrées avec ce film m'ont permis d'aborder quasiment tous les métiers essentiels de la chaîne, et c'est bien la distribution qui m'excite le plus.

Non pas que je n'écrirai plus, je suis par ailleurs romancier, mais dénicher des films rares dans des festivals (parfois dans des villes reculées) et organiser la rencontre avec le spectateur, quoi de plus réjouissant ?

Vous savez, c'est un métier grisant que de parcourir des festivals à la recherche de films qui ont provoqué chez moi diverses réactions. Et c'est ceux là que je propose.

Mes films ne correspondent pas à des tendances, à des goûts qualifiés ou parce que c'est ceux-là qu'il faut aller voir absolument, non, je vous les soumets parce qu'ils m'ont séduit, c'est tout.
Je ne vends pas, je ne remplis pas des bacs, je partage, rien de plus.

Est-ce une initiative individuelle ou avez-vous constitué une équipe pour animer le site ?

Comme tout projet, c'est une réflexion personnelle qui a conduit à l'idée qu'une plateforme E-Cinéma telle que LES FILMS DU DIMANCHE SOIR, devait exister. Mais je crois que l'entreprise, au sens large doit être un collectif humain, sinon, au mieux, ça ronronne et au pire, ça ne voit jamais le jour. Aujourd'hui, nous nous sommes organisés en Association. Là encore, un choix assumé.

L'Association, qui par nature, échappe à l'exigence actionnariale, est le meilleur moyen de garantir nos choix éditoriaux et de rester libres sur ce que nous ambitionnons de réaliser à terme.

En dehors du Bureau qui comprend une Présidente, un Trésorier et une Secrétaire, nous portons le projet à 4. Deux pour l'Acquisition et la Programmation et 2 pour le Développement du site. Tout le reste est plutôt collégial

Comment dénichez-vous les films mis en avant sur le site ?

Je suis tenté de vous dire que c'est une recette maison (Humour) Non, sérieusement, entre les sélections officielles, les rencontres par pays, les nouveaux réalisateurs, vous n'avez pas idée de ce que représente la liste exhaustive des films ayant été sélectionnés en Festivals et n'ayant jamais été distribués en France.

Je suis même incapable de vous donner un chiffre sérieux. Il doit y en avoir pas loin de 3000 depuis 20011.

"Vous n'avez pas idée de ce que représente la liste exhaustive des films ayant été sélectionnés en Festivals et n'ayant jamais été distribués en France."

Aujourd'hui, tout le travail consiste donc à fouiller toutes les archives de tous les festivals en France, d'écarter ceux qui ont été distribués, de regarder la bande annonce de ceux qui ne l'ont pas été, de prendre contact avec le distributeur du pays d'origine, de se mettre d'accord sur les termes d'un contrat de distribution digitale, de recevoir une version du film, de le visionner, de le sélectionner, d'approcher les festivals pour récupérer les sous-titres en français et de programmer intelligemment l'ensemble, et le tour est joué.

C'est un travail titanesque mais je tombe sur des trucs dingues.

A terme, nous essaierons d'aller à plus de festivals que nous ne le faisons aujourd'hui, car c'est dans ce cœur là que se tissent les liens et que le cinéma de demain se dessine.

A quel public diriez-vous que le site se destine ?

J'aimerais vous dire que le public doit être le plus large possible, mais une fois que, par contrainte ou par choix, vous avez écarté les blockbusters et les grosses comédies françaises, le public se précise et on a une idée de qui vient voir quoi.

Encore une fois, notre catalogue est composé des films venus du monde entier qui, avec une sensibilité propre à chaque culture, traitent parfaitement le public français à qui ils s'adressent. Il me semble donc que notre spectateur est celui qui, d'une part, fait confiance à notre programmation (il s'installe dans nos fauteuils car il vient voir Notre sélection) et d'autre part, est celui qui est capable de prendre des risques sur un film Indonésien ou péruvien dont il n'a jamais entendu parler autrement que par l'avis de Hélie Harty (Rubrique présente sur le site pour chaque film) et les relais que nous en aurons fait auprès de sites tels que le vôtre.

Autrement dit, notre public doit se reconnaître dans celui qui arpente les festivals ou celui qui côtoie les salles Art et Essai. C'est d'ailleurs souvent le même.

Les Films du dimanche soir : la plateforme e-Cinéma qui déniche les pépites de festivals

L'offre sera-t-elle payante ?

J'aimerais vous dire que non. Mais alors comment faire vivre ceux qui créent et ceux qui vous font découvrir ces créations ? D'autant que nous parlons de films qui pour beaucoup, sont indépendants jusqu'au bout de leurs tripes et portés seuls par leurs auteurs. De même que nous parlons de films qui sont TOUS inédits.

Par ailleurs, notre politique est aussi de soutenir ces films en redistribuant aux ayant-droits à hauteur de 50% de nos recettes dès le premier euro. Alors, oui, l'offre sera payante et je suis ravi que notre spectateur se porte volontaire pour soutenir lui aussi cette création. Ne pas contribuer à financer la création indépendante, c'est scier la branche sur laquelle nous sommes assis.

Pour autant, il ne s'agit pas de saigner le spectateur sous le prétexte fallacieux que c'est tout beau, tout nouveau. Donc et comme le propose la plupart des salles Art et Essai, nous mettons à sa disposition des formules raisonnables qui réduisent considérablement le prix d'entrée, s'étalant ainsi de 3,50 euros à 5 euros la séance selon le rapport de confiance que le spectateur veut entretenir avec nous.

Quand pensez-vous inaugurer le site ?

Pas de date encore précise, mais Février me paraît être un délais raisonnable pour finir le site. Site qui dispose déjà d'une interface en ligne sur laquelle il est possible de laisser son adresse email afin d'être tenu informé, et de la programmation des 4 premiers films et de la date de mise en ligne (http://www.lesfilmsdudimanchesoir.com). Il existe également une page facebook sur laquelle il est possible de laisser des avis et/ou des suggestions et d'en connaître un peu plus sur les premiers films de notre sélection.

Y a t-il un site méconnu dédié au cinéma que vous aimeriez faire connaitre via cette interview?

Les sites officiels des festivals tels que Mauvais Genre de Tours (http://www.festivalmauvaisgenre.com) ou le FIFIGROT de Toulouse (www.fifigrot.com) ainsi que tous les autres festivals, méritent qu'on s'y attarde un instant. Leurs organisateurs sont des passionnés qui connaissent parfaitement leur métier et n'oublions jamais qu'ils constituent la première ligne de toutes celles qui découvrent pour nous les talents de demain ou remettent ceux d'hier à l'ordre du jour.

Quel est votre film de chevet ?

ALTRA de Kervern et Delépine, celui qui m'a le plus transporté et c'est rien de le dire.

Découvrir le site Les Films du dimanche soir :

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents